19 Nisan 2024

Trixie chap 13 – Le chef de service, non de sex…

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ass

Trixie chap 13 – Le chef de service, non de sex…Nous étions en novembre, l’automne nous avait obligé, ce qui était loin de me déplaire à remettre bas, porte-jarretelles, pull un peu plus chaud. A la pause avec Marion nous nous étions retrouvées au local de l’appareil à boisson, nous buvions un thé chaud.« Tu sais, lui dis-je, il m’est apparu que pour exciter un homme, le mieux était de miser sur des dessous très coquins, très érotiques. Les ensembles composés de porte-jarretelles et de guêpières par exemple devraient conquérir instantanément ton mec, les soutiens gorges demi-bonnets font aussi partis de la panoplie. Mais il n’y a pas que cela, on peut choisir encore plus érotiques avec des froufrous, des lacets, mais aussi des ouvertures, laissant sortir les tétons. Les hommes préfèrent des matières soyeuses, plus suggestives. La dentelle par exemple, que j’ai déjà l’habitude de porter au quotidien. – Oui, et le dernier paramètre c’est la couleur de la lingerie qu’il faut choisir. Les basiques sont bien connus et fonctionnent toujours : la lingerie rouge qui évoque la passion et la sensualité, mais que je n’aime pas trop, je préfère les dessous noirs, qui je pense sont peut-être encore plus appréciés. Ils nous amincissent, mais qui, surtout renvoient l’image de la femme fatale. Et j’adore le contraste du noir sur une peau blanche… Me dit-elle avec un clin d’œil coquin… Et je n’irai plus a un rancard sa mettre des dessous sexy.- En parlant de rancards, en ce moment, je trouve qu’ici pour moi, c’est le désert sexuel. Maxime est parti en formation pour un bon mois, Gérald est en arrêt maladie, fracture du tibia en jouant au basket ! Je suis maintenant seule à la maison ! Je vais tomber en manque… dis-je en riant… Comment pourrais-je pallier cette carence ?- Ben moi, heureusement il y a Mikael… car mon chef…- Ah oui, ton chef… Celui qui m’a embauché, pour te remplacer lors de la visite de N’Doumbé… ! »Une idée me passa par la tête… Mais non… Il était vieux, moche… Lorsqu’il m’avait prise avec le pharmacien noir, le soir à l’hôtel, cela ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable… Mais je me souvenais qu’il m’avait regardée d’un drôle d’air lorsqu’il était entré dans le bureau de Maxime, le jour où j’avais le godemiché enfoncé dans ma vulve. Il avait longuement maté mes seins tendus par l’excitation, mon léger pull révélait les moindres détails de mes tétons et de mes aréoles… Il devait rêver de me baiser à nouveau. Alors, pourquoi pas ? Comme dit, le proverbe faute de grives, on mange des merles… Et pour me donner bonne conscience, d’après les confidences de Marion à son sujet, il méritait qu’on le réduise à son tour à un simple rôle d’objet de désir et de sexe, et ça j’en étais capable ! Il ne devrait pas y avoir trop de problème car comme disait Marion c’était un chaud lapin… Et puis ne m’avait-il pas promis une prime conséquente ? « J’ai vu qu’il adorait les dessous sexy, tu lui as montré que tu en portais ?- Heu… Oui et non…- Dis, tu as toujours ce pull, avec lequel tu avais montré tes tétons aux magasiniers ? Tu peux me le prêter ?- Oui… Mais tu as décidé de t’attaquer à ce vieux grigou… Me dit-elle en pouffant de rire ! – Oui… Je crois que je deviens une vraie nymphomane… En plus ça m’excite… Il reste assez tard le soir non ? »Le lendemain matin, elle m’avait apporté le pull bleu ciel avec des mailles assez larges, il moule parfaitement les seins, me dit-elle. Je l’essayais. Nous faisions la même taille, même si sa poitrine était un peu plus grosse que la mienne l’élasticité du tissu plaqua le vêtement sur mes seins, les moulant à la perfection. Je fis passer sans difficulté mes deux petites pointes brunes à travers les mailles. Les bonnets de mon soutien-gorge seins nus, rehaussait parfaitement le galbe de mes seins. Je me regardais dans le miroir du vestiaire, la couleur des tétons tranchait sur le bleu pâle du pull, on ne pouvait pas les rater ! Je les étirais le plus possible, ils dépassaient d’au moins 2,5 cm. Parfait…Après 17 heures, la majorité du personnel était sortie. Il me fallait traverser la cour pour me rendre dans le bureau, j’avais mis au point une histoire de facture impayée… Au cas où…J’enfilais une veste que je ne boutonnais pas, mis mes tétons en place, les trituraient pour bien les raffermir… et sortis dans le froid, je frissonnais la veste et le pull n’étaient pas bien épais. Ce qui fit raffermir encore plus le bout de mes seins.Arrivée devant le bureau, avant de frapper, je pendis ma veste à une patère. Je jetais un coup d’œil a mes bouts turgescents parfait… Le froid les avait maintenus en érection.Je toquais et entrais :« Brrrrrr, il fait un froid de canard dehors, dis-je en lui tendant la main… j’en ai la chair de poule !!- Oui, je vois… Mais pas que… »Son regard s’était fixé sur ma poitrine, ses yeux brillaient. Je baissais les yeux sur mes seins. Je rougis, en pensant à ce que je faisais… et si cela se terminait mal ! « Oooooohhhhh. Les coquins, ils ont eu tellement froid qu’ils se sont faufilés entre les mailles de mon pull… »Je tendis la main, comme pour saisir mon pull et les remettre dessous en y tirant dessus…« Nooooonnnnnn , laisse les ainsi !! »Me dit-il d’un ton autoritaire. J’obéis en le regardant langoureusement.« Ils sont tellement jolis… Petite salope, tu nous en a fait profiter avec N’Doumbé… Et tu sais l’autre jour à l’informatique, avec Maxime, je me doute bien de ce que vous fabriquiez,  ton pull plaquait tellement sur tes seins qu’il ne cachait rien et tes tétons étaient aussi longs qu’aujourd’hui. Je m’étais fait la réflexion qu’il fallait qu’un jour ou l’autre, je puisse admirer ta poitrine en toute tranquilité ! Et je pense que ce jour est arrivé non ? »Il se leva, passa derrière moi, ferma la porte à clef. Je m’étais tournée pour voir ce qu’il allait faire, il revint vers moi, je reculais. Son bureau m’empêcha d’aller plus loin, j’y posais les paumes de mes mains, ce qui me fit cambrer le buste. Il tenait un stylo, il s’en servit pour exciter les petits cônes bruns qui dépassaient de mon pull. Il passa d’abord le capuchon sur les bouts ridés, en les effleurant légèrement, puis il caressa le pourtour des petits cylindres mauves… je cambrais les reins pour m’offrir à ses caresses et ses caresses s’éternisaient…« Nonnnnn…. Et un léger gémissement sortit de mes lèvres…- Mais… on dirait qu’ils aiment ça ces coquins… Tu crois qu’on peut agrandir les trous et faire sortir tes aréoles ?- Nooonnnnnn, chuttttttttt….. »Mais sous ses doux attouchements, ma poitrine se tendait vers lui. Il s’en aperçut, et s’enhardissant une de ses mains se glissa sous mon pull, et commença à le relever doucement comme pour ne pas m’effaroucher. Je fis semblant de résister en lui retenant mollement le bras… Mais son autre main avait saisi un téton et commençait à le triturer… Mon pull remontait assez vite maintenant, il le fit passer par-dessus ma tête.« Ouaahhhhh, le soutien-gorge, c’est vachement érotique… J’espère que tu as le porte-jarretelles qui va avec… »Il se pencha vers moi, sa bouche se posa sur la mienne, sa langue força mes lèvres… je lui résistais un peu… Il me pinça un mamelon… la douleur me fit ouvrir la bouche, sa langue s’y engouffra en pays conquis… je lui rendis son baiser. Tandis que son baiser s’éternisait, ses mains malaxaient mes seins, passant dans mon dos, elles dégrafèrent mon soutien-gorge et il me l’ôta. Le dessus de son bureau était dégagé, il m’y coucha dessus jambes pendantes. Ses mains me caressaient les cuisses maintenant.« Mais oui, elle a un porte-jarretelles… C’est parfait tout cela… !! Regarde l’effet que tu illegal bahis me fais ! »Il déboucla sa ceinture, ouvrit son pantalon qui lui tomba sur les chevilles, baissa son slip. Son sexe pas trop épais mais très long se dressait fièrement. Il avait une main posée sur mon genou, et l’autre continuait à me malaxer un sein, pincer et tirer mes tétons. Je dodelinais la tête de gauche à droite, j’avais les yeux mi-clos, langoureusement ma langue passa sur mes lèvres humides, mes jambes se mirent à bouger sous sa main. Le mouvement fit crisser mes bas érotiquement. Sa paume, remonta lentement sous ma jupe… Elle me laissait une sensation de brûlure sur la peau. Bientôt ses doigts franchirent la limite des bas et rencontrèrent ma peau nue, un immense frisson me donna la chair de poule. Ma jupe retroussée lui dévoilait mes jarretelles et la peau blanche de mes cuisses au-dessus de la dentelle des bas.Le visage congestionné, son regard lubrique remonta vers les pointes durcies de mes seins, il suça avec avidité mes bourgeons bruns gorgés de sang. Ses lèvres effleurèrent la peau ma poitrine douce comme du velours, avant que ses dents ne se referment sauvagement sur mes pointes en érection. Une vive douleur parti du bout de mon sein et se propagea jusque dans mon ventre. Je geignais… Comme pour se faire pardonner, il se mit à me téter… Puis il m’embrassa tendrement dans le cou. Dézippant ma fermeture éclair, il fit glisser ma jupe jusqu’à mes genoux, la peau de mon bas ventre apparut blanche et satinée. Son sexe se frotta doucement contre ma hanche. Il le fit passer sous la lanière du porte-jarretelles, le frotta sur ma cuisse. J’eus un mouvement d’abandon et ma jupe glissa sur le plancher, le long de mes jambes.J’étais maintenant offerte à lui, il pouvait voir sous mon string transparent le triangle de mes poils bien épilés, ainsi que le renflement de mes grandes lèvres.Je sentis sa bouche se coller sur mon ventre tandis que sa main droite venait caresser mon pubis, sa langue léchait par petits coups la peau frissonnante de mon abdomen.La pression de sa main était lente et chaude, ses doigts frôlaient les poils ras de mon pubis, malgré moi mon mont de Venus se tendait vers lui. Mes hanches étaient prises de mouvements convulsifs que je ne pouvais contrôler.Ses doigts s’insinuaient lentement entre le voile de mon string et ma chair, je poussais un long gémissement et écartais les jambes pour favoriser la progression de ses doigts. Je cambrais mes reins, jambes à grandes ouvertes… lui offrant sans pudeur mon intimité. Ma vulve était trempée, elle s’ouvrait et se contractait comme douée d’une vie propre. Tout mon corps appelait le membre qui en pénétrant mon conduit vaginal palpitant me délivrerait de cette intolérable attente. Ses grands doigts se glissèrent sous le fin voile du string caressèrent mon duvet soyeux, et pénétrèrent dans mon sexe humide, il trouva la pointe de mon clitoris, qu’il décapuchonna. Il fit ensuite d’une main, descendre lentement jusqu’au sol, le string minuscule trempé par mon foutre.Sa langue titillait maintenant la petite excroissance qui s’érigeait fièrement entre mes cuisses, ce contact chaud et humide sur mon clitoris produisit en moi un émoi délicieux auquel je ne laissais entièrement aller, des râles sortaient sans discontinuer de ma gorge. Je lui tenais la tête pour ne pas qu’il cesse cette caresse divine. Sa langue se plaqua contre mon sexe, il lécha plusieurs fois ma fente sur toute sa longueur, et tandis que par petits coups, il enfonçait son appendice buccal dans ma féminité, ses mains passées sous la dentelle du porte-jarretelles caressaient mes hanches et mes fesses. Il se redressa.« Ouvre tes cuisses Chérie, plus encore… encore … Oui comme ça, putain que tu es belle… Je n’y tiens plus… »C’est moi qui avait capitulée, l’idée de vouloir m’amuser de lui, c’était envolée devant l’application qu’il mettait à me faire l’amour, satisfaire les désirs de mon corps, et je mettais en parallèle au premier proverbe, celui qui parlait de grives et de merles, celui-ci : « Tel est pris qui croyait prendre ».Il enfonça son long sexe dans mon vagin brûlant, je sentis ses poils gris chatouiller mes lèvres, il l’avait entré entièrement. Un temps d’arrêt pour savourer sa victoire, puis ses hanches se mirent en mouvement, d’abord doucement puis de plus en plus vite. Il ne cessait d’aller et venir en moi, il me disait des mots orduriers, cela m’excitait… j’avais attrapé mes seins et les tordaient dans tous les sens, pinçant et tirant sur mes tétons, en gémissant comme une petite folle. Son rythme s’accéléra encore, ses doigts griffèrent mes hanches puis mes fesses, il se mit à bredouiller des paroles, ou il était question de Marion… Ma jouissance montait, montait… Me tenant fermement sous les fesses, il enfonça entièrement son long phallus. Puis, il poussa un cri et éjacula en moi avec une force étonnante. Sa lave bouillonnante emplissait mon vagin, un torrent de sperme s’écoulait de sa verge.Mon orgasme commença et une jouissance incommensurable me submergea. Je hurlais, me tordis, gigotais en tous sens… et lorsqu’ enfin je repris mes esprits un étrange calme c’était installé en moi.Le lendemain, je retrouvais Marion.« Hé bien… Tu m’avais dit qu’au niveau de la baise ton chef était nul… !! – Oui…. mais c’était il y a un an… depuis je lui ai appris à faire l’amour correctement… je voulais te le dire hier… mais tu ne m’en as pas laissé le temps… et je ne te l’ai pas dit avant car j’avais peur que tu moques de moi… Me laisser faire l’amour par ce grand dadais… !! Bon puisque tu me le demandes je vais te raconter…Je t’ai dit qu’avec Mikael, nous faisions presque tous les jours l’amour dans notre vestiaire pendant la pause de midi. Lorsque, couchée sur la table, j’avais les mains attachées, bras tendus au dessus de ma tête, mon imagination était décuplée. Mikael avait trouvé mon point faible, il savait que je fantasmais facilement. Il me disait par exemple d’écarter les jambes, pour bien montrer ma vulve au chef qui regardait par le trou de serrure… Après, tout en s’amusant avec mon corps et en me besognant, il me racontait des histoires salaces. Il arrivait à me persuader que je désirais vraiment me faire prendre par mon chef. Au bord de l’extase, je finissais par croire que c’était vraiment lui qui était en moi et me caressait le corps ! Et je dois t’avouer que je jouissais plus fort… Après l’extase, je houspillais Mikael en lui disant de cesser de me raconter des trucs comme ça… Car c’était lui et personne d’autre qui me faisait l’amour. Et cela le faisait franchement rigoler. La fois suivante il remettait ça de plus belle, et je plongeais à nouveau… »« Je sais, me disait-il qu’il veut te baiser… Et cela t’excite… Alors si tu veux excite le à ton tour, déjà que sans le vouloir tu le fais grimper au plafond… alors si tu y mets du tien… !!- Tu… Tu crois que je peux… Tu n’es pas jaloux, tu ne vas pas ne traiter de petite Salope ? – Je te l’ai déjà dit, tu ne me dois rien, tu fais ce que bon te semble… Je respecte tes désirs, si de faire l’amour avec lui comble un de tes fantasmes alors fait le ! »Je ne savais plus que penser, ni que faire. Mais bien malgré moi, la situation se débloqua ! Mon chef m’appela dans son bureau, il donna un tour de clef.« Marion, je veux te montrer quelque chose…- Aie, aie, aie pensais-je le tutoiement est revenu ! – Regarde tout d’abord… »Il tenait un petit objet noir dans la paume de sa main.« Tu vois cette petite webcam elle sert pour le ski et le VTT, elle ne mesure que 6 cm sur 4 cm, elle a une autonomie de 2 heures… ce qui est largement suffisant pour filmer entre 13 illegal bahis siteleri heures et 13 heures 30… et bien cachée sous une palette personne ne l’a remarquée.- Aie… Aie… Aie… tu es cuite me disait une petite voix dans mon cerveau- Oui, on changé les racks au second étage… les anciens gros boulons des fixations traversaient le plancher… et un trou tombait juste sur le plafond du vestiaire du premier… Je t’avais dit que je soupçonnais qu’il se passait des choses à la pause de midi dans ce réduit… J’ai voulu en avoir le cœur net… Et heureusement, pour moi, le diamètre du trou était le même que celui de l’objectif de la caméra. Regarde ce petit chef d’œuvre… » Il inséra une clef USB dans son PC. Les images étaient effectivement prises du plafond à une distance de 3 m, c’était de la bonne qualité sa webcam, la netteté et le son étaient parfaits. On me voyait seulement vêtue de mes bas et de mon porte-jarretelles, couchée sur la table la bras liés tendus au dessus de ma tête, attaches aux tuyau du gros chauffe-eau. Mikael à côté de moi, me malaxait les seins et suçait mes tétons, j’avais l’air aux anges.« Dis moi… Lorsqu’il parle du « Grand », c’est bien de moi qu’il parle ? »Dans la vidéo, Mikaël me disait de bien écarter et de relever mes jambes pour dégager ma vulve afin de permettre « au Grand » qui lorgnait par le trou de la serrure de profiter du spectacle… Il écarta les lèvres de mon vagin en me disant « qu’il » allait se régaler… Son index et son majeur entrèrent dans ma féminité, il les ressortit gluants de mon foutre et s’adressant à la porte, il fit remarquer que de s’exhiber ainsi cela me faisait abondamment mouiller… Puis il demanda si le voyeur n’aimerait pas être à sa place…. Mon chef appuya sur avance rapide… sur la table, j’avais les yeux clos, je gémissais, ma tête dodelinait à droite puis à gauche. Mikael, nu se tenait entre mes jambes, il me labourait à grands coups de reins, me traitant de petite Salope qui adorait la queue « du Grand », me demandant de lui avouer qu’elle allait me faire jouir. Qu’un jour je lui ferai une fellation sous son bureau… Le plus fort, c’est que je lui répondais par l’affirmative. Encore une petite avance rapide, Mikael déversait son sperme dans mes entrailles, je criais mon orgasme… Il stoppa la lecture. J’étais rouge comme une pivoine.« Voilà me dit-il pas mal hein ! Au moins je participe, ne serait-ce que ta pensée, à ton orgasme…- Oui, mais..- Mais quoi ? J’en ai d’autres, mêmes plus salaces, ou je suis sensé te faire des choses bien plus cochonnes et tu as l’air de vraiment apprécier, et de prendre ton pied ! On dirait que tu as vraiment envie que je te baise !! Tu veux en voir un exemple ? J’ai même une petite séance de flagellation, tu as l’air d’aimer ça…- Non… mais c’est un jeu… lorsqu’il me parle de vous… c’est… c’est… il dit ça pour m’exciter… – Mais ce qu’il te dit à mon sujet te mets dans un état second !- Oui, ça m’excite et me fait fantasmer…- Moi, je crois que tu as vraiment envie de faire l’amour avec moi… D’accord, la première expérience n’a pas été très concluante. Mais maintenant avec cette vidéo, je crois que tu ne peux plus te dérober ! Au fait, approche, peux-tu quitter ton string… Je vais vérifier si notre petite entrevue ne t’a fait mouiller. – Je, je ne mets plus de string… – Alors relève ta jupe, petite Salope… Ah, ben voilà, il y a longtemps que je voulais toucher et t’admirer en porte-jarretelles… » Sa main se promena le long de la lanière et remonta sur ma cuisse jusqu’à mon sexe, il eut l’air déçu, je ne mouillais pas… Cette entrevue m’avait fait l’effet inverse, vu ma passivité, il se recula.« Bien, nous sommes d’accord… Tu vas trouver un endroit où l’on pourra se rencontrer pour jouer au même jeu que celui que tu pratiques avec ton copain Mikael… Et tu ne te désistes pas sinon, c’est la porte… Allez, à bientôt.» Me dit-il en brandissant la clef USB . Cette fois, je ne pouvais faire autrement que d’accéder à sa demande, je voulais garder mon job. Après m’être trituré les méninges, je pensais que sous les magasins, il y avait une pièce où l’on entreposait de vieilles archives. Je n’avais jamais vu quelqu’un y mettre les pieds. J’allais inspecter le lieu. Des néons assez puissants diffusaient une lumière crue. C’était assez poussiéreux, le réduit ne comportait que deux petits vasistas au ras du plafond, personne ne pouvait voir à l’intérieur. Des étagères pleines de documents anciens, une grande et longue table en chêne, trois chaises composaient le mobilier, un coup de balai, un bon dépoussiérage et cela pourrait aller. J’allais voir « le Grand » et lui soumettait l’idée, il me dit qu’il irait voir. Un coup de téléphone me confirma que cela ferait l’affaire… Il avait récupéré la clef, mais il laisserait ouvert le jour J. Qui serait jeudi prochain, je resterai avec lui après 17 heures pour faire des heures supplémentaires !Puisque je ne pouvais pas faire autrement, autant faire l’amour comme il faut, la fois dernière cela avait été un fiasco total… Il me fallait mettre au point un bon scénario… Je savais, car il me le serinait sans cesse, qu’il voulait me voir avec des dessous affriolants, pour lui l’érotisme, c’était ça. Il aimait les bas noirs, les strings, les porte-jarretelles, les demi-soutien-gorges, et me disait-il, il rêvait de me voir seulement vêtue ainsi.. Le jour venu, j’avais passé une jupe de satin noir qui moulait parfaitement mes fesses et s’évasait vers le bas, elle s’arrêtait au-dessus du genou, des bas noirs extra-fins retenus par un porte-jarretelles avec une ceinture très fine. Un chemisier en tulle noir absolument transparent qui ne cachait rien de mes seins, et laissait voir mes aréoles et mes tétons, comme s’ils étaient à l’air libre. Je cachais quand même mes trésors sous une veste noire elle aussi. Des talons aiguillent complétaient ma tenue. 17 heures, je me dirigeais vers le local, avec une petite appréhension dans le ventre. J’arrivais la première, je posais mon sac sur une étagère et ma veste sur le dossier d’une chaise. Mon corsage flottait hors de ma jupe et je pris soin de ne laisser boutonné que deux boutons. Il entra. Je vis dans le regard qu’il me lança que maintenant, je devenais sa chose. « Je suis à ta merci, attache moi les mains » Je sortis une fine et longue cordelette de mon sac. J’avais vu dans ses yeux lorsqu’il m’avait passé la vidéo, qu’il avait eu l’air d’apprécier de me voir attachée et moi l’ imagination augmentait mon plaisir. Il me fit reculer jusqu’à la table, et me fit coucher dessus me laissant les jambes pendantes. Il allongea mes bras derrière ma tête et me lia les poignets aux pieds de la table, ses mains tremblaient d’excitation.« Très, très joli, ton soutien-gorge »Il apercevait, mis en valeur par l’éclatante lumière qui illuminait la pièce, mes deux seins qui se balançaient au rythme de ma respiration les pointes commençaient à jaillir sous le mince tissu. Ses doigts effleurèrent le bout de mes seins, qui s’érigèrent malgré moi. Il s’attaqua à mes deux boutons et écarta les pans de mon chemisier. Mes deux globes fermes à peine contenus par les fins bonnets de dentelles jaillirent sous la lumière crue des néons. Mon ventre sortait entre la jupe et le chemisier, ma respiration saccadée faisait creuser mon nombril.« Nonnnnn, nooonnn laissez moi !! Ne me touchez pas… Je n’aurai pas dû accepter !! »Je savais que cela allait l’exciter… Il était du genre à qui on ne refuse rien ! Il approcha sa tête de mon visage et me plongea son regard noir dans les yeux. Sa bouche se posa sur la mienne, sa langue s’insinua entre mes lèvres, je gigotais, mais ne canlı bahis siteleri résistais pas. Je me tordais dans tous les sens ce qui eu pour effet de faire remonter jupe au-dessus de mes genoux. Il m’embrassait toujours, sa main droite vint se poser sur le genou largement découvert, il effleurait ma peau et commença à repousser lentement la jupe vers le haut. Sa bouche descendit le long de mon cou, sa langue lécha le pourtour de mes aréoles, qui s’étaient recouvertes de chair de poule, les pointes mes seins étaient bien érigées maintenant. Le bord de ma jupe dépassa la limite des bas, ses doigts montaient et descendaient, jouant avec le fermoir du porte-jarretelles, caressant la frontière entre le nylon et ma peau, ce manège autant sur mes mamelons que sur mes jambes commençait à m’aiguiser les nerfs. Sa main remonta à l’intérieur de ma cuisse, lentement ma jupe fut repoussée jusqu’à la naissance de mon pubis. Sa bouche continuait son manège sur mes seins, il ne passait sa langue que sur le bout de mes cônes tendus à l’excès, avec parfois de petits attouchement le long de mes petites hampes brunes, qui ne demandaient qu’a être happées. Je ne bougeais plus, seule ma tête bougeait de gauche à droite, des gémissements et des petits râles de plaisir s’échappaient d’entre mes lèvres. J’avais les yeux mis-clos et à travers la fente de mes paupières, j’essayais de capter son regard. Ce n’était pas du tout comme la première fois où il m’avait sauté dessus. Aujourd’hui, j’avais du mal à retenir le désir qui s’insinuait en moi. Il décida enfin de remonter ma jupe encore plus haut, il découvrit ma peau blanche entre mon mini string et la ceinture du porte-jarretelles… Ma jupe retroussée lui dévoilait les lanières et les attaches du porte-jarretelles ainsi que la peau blanche de mes cuisses au-dessus de mes bas. Abandonnant mes seins, il se recula, ses yeux se fixèrent sur le renflement de mon sexe, il était fasciné. Il haletait doucement, il baissa légèrement le bord du string pour découvrir mon petit triangle de poils blonds et ras. Sous la pression de ses doigts, ma toison surgit, avec un gémissement prononcé mes hanches se tendirent vers lui pour lui offrir mon mont de Vénus. À travers le tissu qui commençait a devenir moite, il passa son index le long de ma fente, je me mordis les lèvres pour ne pas crier ! J’ouvris largement mes cuisses. Il prit alors le temps de sortir son sexe, je fus étonnée… La première fois, je n’avais pas fait attention à la longueur, il n’était pas très épais… Quoi que, mais il était vraiment très long… Il bandait énormément. Tout cela s’était passé sans une parole de sa part. Il tâtonna pour trouver la fermeture de ma jupe, et la fit glisser sur mes genoux.« Tu m’excites à mort, ma petite Marion… » Surprise d’entendre le son de sa voix, j’eus mouvement de relâchement, ma jupe tomba sur le sol. Attachée, j’étais à sa complète disposition, ma féminité seulement voilée par le mince string palpitait sous son regard. Sa bouche se posa à hauteur de mon nombril, tandis que sa main se plaquait sur ma vulve, vraiment moite maintenant, sa langue remonta en une longue caresse vers ma poitrine. Ses lèvres s’emparèrent de mes pointes brunes, il les téta à tour de rôle avec amour, puis ses dents mordillèrent les mamelons qui vraiment durcis sous la caresse. Il me tirait des cris de jouissance. L’atmosphère devenait électrique, j’étais terriblement excitée, ma chatte était trempée maintenant.« Moins fort…. Chutttttt…. Il n’y a personne mais on ne sait jamais…- Oui, oui…Mais c’est tellement bon…. » Ses doigts se glissèrent entre le tissu moite de mon string et la peau de ma vulve. Une boule chaude naquit dans mes entrailles, j’écartais les jambes au maximum pour favoriser la progression de ses doigts. « Ouuuuuiiiiii, gouuuuuuiiiiii… Continue, continue, ne t’arrête pas… » Il fit glisser le bout de tissu trempé sur mes jambes jusqu’au sol. Ses grandes mains se posèrent sur mes cuisses. Il les écarta, sa bouche vint se plaquer sur ma vulve béante et moite. Lorsque sa langue entra en contact avec ma chair la plus intime à l’intérieur de mon vagin, je poussais à nouveau un hurlement d’extase. Elle s’enfonçait entre mes lèvres humides, fouillait dans ma fente qui ne cessait de s’élargir. « Prends-moi, moi…. Prends-moi maintenant le suppliais-je… – Pas encore, mon trésor… Il y a 6 mois, je t’aurais sauté dessus, j’aurais enfoncé ma verge de suite dans ta chatte, je t’aurais prise sur cette table… Mais j’ai vu les vidéos… J’ai compris comment tu aimais être prise… Comment il fallait te faire l’amour… !! Tu me supplies de te prendre… Alors que la dernière fois tu te moquais de moi… Petite Salope… »Il mit son gland au bas de ma fente, le fit remonter doucement entre mes lèvres gonflées, il recommença l’opération plusieurs fois, sans jamais me pénétrer. Avec deux doigts, il décapuchonna mon clitoris déjà bien érigé, très lentement, il y frotta le bout de son sexe le faisant encore durcir et se gonfler. Je me mordis la joue pour ne encore hurler d’extase. Ligotée, je ne pouvais que subir… mon corps était obligé de s’abandonner a ce doux supplice, qui me rendait folle. Mes gémissements redoublèrent en force et en intensité.« Oui, c’est bien… J’aime quand tu gémis… Quand tu cries de plaisir… »Mon regard ne quittait plus son sexe, je me demandais à quel moment il allait passer à l’action. Il était de toute évidence plus que prêt, son phallus raide et gonflé jaillissait de la forêt de ses poils grisonnants en dardant fièrement son gland vers le ciel.Mes nerfs étaient à fleur de peau, la frustration me gagnait, ma vulve s’ouvrait et se refermait sur du néant.« Es-tu vraiment capable, de me donner du plaisir avec ta queue… ? – Ah tu vas voir Salope ! »Il me repoussa sur la table, se mit à genoux entre mes cuisses. Avec une sorte de fureur, il releva mes jambes, et empala d’un coup sec son membre raidi dans ma féminité brûlante. Je me cambrais et poussais un hurlement.« OH, Ouuuuiiiiiiii…. Oouuuuuiiiiii….Hurlais-je…. Ooouuuuiiiii…. »Mon bassin se mit à onduler, d’avant en arrière pour faire pénétrer son phallus dans mon vagin.« Ouiii… pl… plus… plus vite… oui làààà c’est booonnnnn… !! Je n’en pouvais plus d’attendre… Enfonce bien ta queue… Plus profond… Encore… Encore… » Il me besogna,longtemps d’abord assez doucement, comme pour me faire apprécier la longueur de son membre, puis de plus en plus rapidement son rythme s’accéléra, mes jambes se raidirent, les muscles de mes cuisses mes abdominaux se contractèrent, ma respiration se fit saccadée. Mes râles se mêlaient à ses gémissements. « Je n’en peux plus… ça vient… ouiiiii…. défonce moi…. Va plus loin…. Va plus loin… Éjacule dans ma chatte… Je veux jouir avec ton sperme… »Mes parois vaginales palpitaient, un courant électrique circulait en moi, un feu intérieur me dévorait les entrailles… l’air me manquait, il s’activait en moi à une vitesse phénoménale. Sa verge longue et dure, pleine de mon foutre, sortait entièrement puis replongeait aussitôt jusqu’au tréfonds de mon sexe, me faisant hoqueter de plaisir. Il me sembla que son rythme s’accélérait encore, ses mains agrippèrent la ceinture de mon porte-jarretelles, ses ongles griffèrent mes hanches avec un han retentissant, il poussa sa verge au fond de mon vagin, s’immobilisa, ses testicules se contractèrent et il éjacula en moi avec force. «Tiens Salope, tiens la semence du « Grand », c’est meilleur que la dernière fois… tu en redemanderas… cette fois… !! »Son sperme gluant et tiède envahi ma vulve, cela me fit frissonner… je ne me retenais plus… un orgasme d’une force inouïe déferla dans mon ventre, j’étais arc-boutée sur la table, les paupières closes sur un arc-en-ciel qui ne comportait que des nuances de bleu… je hurlais ma jouissance. »« Hé bien dis donc… ! je comprends mieux à présent ! Lui dis-je !  »A suivre…

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

ankara escort erotik film izle beylikdüzü escort kocaeli escort kocaeli escort ankara escort bayan izmir escort izmir escort izmir escort kocaeli esgort çankaya escort bahçelievler escort mecidiyeköy escort beylikdüzü escort Antalya escort gaziantep escort eryaman escort bakırköy escort mecidiyeköy escort taksim escort etimesgut escort otele gelen escort şişli escort mersin escort antalya rus escort kuşadası escort bayan ensest hikayeler Escort bayan Escort bayan bahisu.com girisbahis.com hurilerim.com eryaman escort demetevler escort burdur escort bursa escort çanakkale escort çankırı escort çorum escort denizli escort diyarbakır escort düzce escort edirne escort elazığ escort bursa escort Ankara escort bayan Ankara Escort Ankara Escort Rus Escort Eryaman Escort Etlik Escort Sincan Escort Çankaya Escort görükle escort escort escort escort travestileri travestileri Bahis siteleri porno porno bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort porno izle xnxx Porno 64 alt yazılı porno görükle escort bursa escort antalya escort Anadolu Yakası Escort Kartal escort Kurtköy escort Maltepe escort Pendik escort Kartal escort şişli escort gaziantep escort istanbul travesti istanbul travesti istanbul travesti ankara travesti Moda Melanj